RENCONTRE AVEC EMMA GUEYDAN

Bonjour Emma, peux-tu te présenter s'il te plait ?
Bonjour, je m'appelle Emma Gueydan. J'ai 24 ans et je viens de Givors.

Que fais-tu dans la vie ?
Je suis technicienne physico-chimiste en recherche et développement dans une entreprise pharmaceutique située dans Lyon. 

Comment es-tu arrivée au basket et pourquoi as-tu accroché avec celui-ci ?
J'ai commencé le basket à l'âge de 6 ans en mini-poussin (actuellement U9) au Grigny BC. J'ai tout de suite accroché à ce sport collectif alliant rigueur, vitesse et concentration. Je n'ai pas ressenti le besoin d'essayer un autre sport et n'ai donc jamais arrêté de jouer au basket depuis ce jour.
Aujourd’hui, je joue au BCCT en RF3. 
 
Et côté officiel, que fais-tu ? Pourquoi cet attrait ?
Quand on a une passion on veut toujours en découvrir plus. Et quand on ne peut jouer qu'une seule fois par week-end voire deux, on se trouve une occupation pour rester dans le gymnase. J'ai donc rapidement pris le sifflet quand j'étais encore au Grigny BC à l'âge de 11-12 ans. J'arbitrais les catégories de jeunes inférieures à la mienne.
Mais j'avais le désir également d'arbitrer dans d'autres clubs pour changer d'environnement, faire la connaissance de nouvelles personnes. Je me suis pour cela dirigée vers la formation initiale dispensée par le Comité du Rhône il y a huit ans. A l'issue de cette formation, je suis devenue arbitre officiel départemental.
Désirant voir rapidement ce qu'il se passait sur le niveau supérieur, j'ai tout de suite intégré la formation continue du Comité du Rhône afin d'accéder à la région. J'y suis parvenue après deux ans de formation. J'ai ensuite pu évoluer sur les différents niveaux régionaux pour arriver en R1 (actuellement PNM) me permettant de préparer et me présenter au concours championnat de France il y a deux ans. Je suis à présent arbitre CF2 pour ma deuxième année (NM3-NF1).

Dans quelle compétition officies-tu ? Comment te prépares-tu d'une semaine à une autre, d'une rencontre à une autre et dans quel but ?
J'officie essentiellement sur le championnat de France en NM3, NF2, NF1 et sur les jeunes U15/U18. Ma préparation pour le ou les matchs du week-end passe tout d'abord par une préparation physique. Étant toujours joueuse, je m'entraîne une fois par semaine et en complément je vais courir 1 à deux fois. Ensuite, il y a aussi la préparation plus théorique avec le règlement de jeu, le travail vidéo sur mes précédents matchs. Pour finir, il y a la préparation du match en question : quelle est la composition des deux équipes (joueurs, coach, assistant coach), quel est le nombre de victoires/défaites, quel résultat y-a-t-il eu au match aller, l'une ou les deux équipes sont-elles susceptibles de descendre ou monter de niveau à l'issu du match ... ? Sans oublier la prise de contact avec le ou la collègue du match. 
 
As-tu d'autres fonctions dans le basket ?
Oui. Je suis investie au sein du Comité du Rhône et Métropole de Lyon depuis maintenant cinq ans. D'abord formatrice dans la formation pinson (formation d'initiation à l'arbitrage pour les jeunes licenciés ; maintenant appelée formation JACC) pendant un an, j'en ai pris la responsabilité pendant trois ans alors que je n’avais encore que 20 ans. J'ai très apprécié redonner aux jeunes ce que l’on m’avait transmis et de voir l’engouement que les stagiaires mettaient à apprendre de toutes nouvelles choses.
J’ai également eu la chance d’être co-responsable sur le premier camp d’été arbitre du Comité du Rhône et Métropole de Lyon en collaboration avec les techniciens et joueurs cet été 2016 à Saint Martin en Haut. Ce camp m’a permis de me préparer à ma nouvelle fonction pour cette saison 2016/2017 à savoir responsable de la formation initiale (formation permettant de devenir arbitre officiel départemental).
Pour finir, je suis devenue élue au sein du Comité du Rhône et Métropole de Lyon en juin dernier.
 
Revenons sur début octobre, tu étais à l'Open LFB à la Halle Carpentier à Paris. Tu y étais en spectatrice ou avais-tu un rôle particulier ?
Effectivement lors du week-end des 1er et 02 octobre, j’ai été invitée à participer à un colloque d’arbitrage féminin se déroulant pendant l’Open LFB à Paris. Nous étions quatorze femmes arbitres de niveaux championnat de France à être invitées aux côtés des huit arbitres haut niveau officiant sur l’Open. Ce colloque était animé au sein de la Fédération Française de BasketBall par Chantal Julien, responsable technique du HNO. Nous avons tout d’abord commencé le samedi matin par soulever les difficultés rencontrées par les arbitres féminines vis-à-vis des autres acteurs d’une rencontre et réfléchi sur les projets, améliorations et actions à mener pour promouvoir l’arbitrage féminin. Cela nous a permis d’échanger entre arbitres féminines CF et HN.
Le samedi après-midi et soir nous avons assisté aux trois premiers matchs de l’Open. Les arbitres CF avaient en charge d’observer les arbitres HN d’un des trois matchs et de débriefer avec elles une fois le match terminé. Un travail vidéo a pour cela était fait et les clips ont été passés le lendemain matin afin d’échanger sur les situations intéressantes. Le colloque a été clôturé à la fin du premier match du dimanche après-midi.
 
Peux-tu nous dire quelques mots sur l'arbitrage féminin dans le monde du basket ? Est-ce compliqué ?
Malheureusement dans le basket comme dans la société actuelle, une femme devra davantage mettre en avant ses compétences par rapport à un homologue masculin. L’autorité féminine est encore soumise à des préjugés chez certains et est mal acceptée. C’est peut-être pour cela que le pourcentage d’arbitres féminins est bien plus bas que celui des arbitres masculins.
 
Aurais-tu des conseils à donner aux personnes qui souhaiteraient, comme toi, s'investir dans le rôle d'officiel ?
Il ne faut surtout pas hésiter à se lancer pour suivre des formations et cela à tout âge ! Le plus important est de trouver une ou des personnes susceptible(s) de vous aider pendant votre parcours. On dit souvent qu’être arbitre est un « métier » solitaire donc il est nécessaire d’échanger avec d’autres personnes pour comprendre, progresser et évoluer.
 
Merci beaucoup Emma.
Nous te souhaitons une très bonne continuation